New!

Prise de note innovante : les cartes mentales

Nous avons tous appris à l’école à écrire et à prendre des notes de façon linéaire sur une feuille de papier. Bien que traditionnelle et universelle, cette forme de prise de note se révèle pourtant être passive et peu efficace pour se souvenir des informations sur le long terme.
Afin d’être plus impliqué et de mieux mémoriser, nous allons explorer ensemble différentes formes de prise de note dite actives et non linéaires que l’on regroupe sous le nom de cartes mentales.
Nous allons passer en revue trois types de cartes mentales : carte heuristique, carte conceptuelle et carte argumentaire. En fonction de vos besoins, nous verrons comment construire chaque type de carte avec des exemples concrets. Des outils permettant de réaliser des cartes mentales digitales vont seront également proposés.
Pourquoi la prise de note traditionnelle est-elle si peu efficace pour apprendre ? Existe-t-il des différences entre prise de note manuscrite et digitale ? Quelles sont les techniques pour viser un traitement profond des informations sur le long terme ? Autant de questions que nous allons aborder ensemble dans cette formation !

Christophe Carlei, Docteur en psychologie cognitive, conseiller pédagogique à l’Université de Genève. À l’école secondaire, je suis un élève très moyen, parfois à la limite du redoublement. Après un BAC général, j’entre à l’Université en Licence d’Histoire. J’ai alors le déclic que ma méthode d’apprentissage n’est pas adaptée. Comme des millions d’étudiants chaque jour, je mémorise du contenu et j’oublie tout après quelques mois. Frustré, je me plonge dans des livres sur la mémoire et je pose les bases de ma nouvelle méthode d’apprentissage. Depuis, la passion d’apprendre à apprendre ne m’a jamais quitté ! Après deux Bachelors (Histoire et Psychologie), trois Masters (Psychologie, Neurosciences et Pédagogie), deux certificats universitaires (Statistiques et Gestion de projets) et un doctorat en Psychologie cognitive (sur l’attention et la mémoire), je travaille en tant que conseiller pédagogique à l’Université de Genève et formateur indépendant. Je transmets maintenant mes connaissances sur l’apprentissage à des étudiants, des professeurs à l’Université, mais aussi des personnes tout-venant désireuses d’améliorer leurs compétences dans ce domaine. Je suis convaincu que l’échec académique est dû à de mauvaises stratégies d’apprentissage. Le problème n’est pas que nous avons un cerveau différent, le problème est que nous n’apprenons jamais comment l’utiliser!